Pour ceux qui veulent en savoir plus ur Armand GATTI, voici un extrait de l'entretien entre l'auteur et Chloé Hunzinger (http://www.larevuedesressources.org)

Quatre mille pages, quarante-cinq pièces : l'oeuvre d'Armand Gatti, homme de théâtre et écrivain, est hantée par l'expérience des camps et des maquis (d'abord celui de 40-45 bien sûr, mais aussi ceux du Guatemala, de l'Irlande du Nord et des banlieues d'ici). Hantée par le Verbe aussi, arme de résistance et de révolution.

Ses mises en scène ? Jamais dans un théâtre classique, toujours dans des lieux dérangeants, habités, urbains (cités, prisons, usines). Ses spectacles ? Jamais payants, toujours avec banquets d'anarchistes. Jamais répétés, encore moins ressassés, toujours créations uniques. Ils s'étirent sur trois jours et se dispersent parfois même partout, parmi les figures de pierres.

Armand Gatti n'est pas seul, bien sûr. Jean-Jacques Hocquart, Gilles Durupt, Hélène Chatelain, Stéphane Gatti, l'accompagnent depuis fort longtemps dans sa guérilla urbaine. Depuis quinze ans, de Toulouse à Marseille, de Fleury-Mérogis à Avignon, ils opèrent dans les villes ensemble.

C'est ainsi, qu'à partir d'un lieu dont ils font leur base, ils vont chercher et tirent à eux tous les laissés pour compte avec lesquels ils vont fomenter leurs spectacles.

Après avoir poussé la grille, grimpé l'échelle de bois, me voilà soudain dans la hutte ("Dans la hutte habite l'homme, gardien du langage"), une hutte tapissée de livres avec aussi deux tables recouvertes de pages manuscrites où se tient celui qui a la flamme dans l'oeil. La première chose qu'il fait, c'est de me présenter les chiens de la maison. Il y a Desdémone, la bâtarde qui me lèche les mains, et Tao, le barbet : "Les barbets ce sont les ancêtres de la baleine". Puis il me raconte des histoires terribles, et plus elles sont terribles, plus il dit de ces expériences qu'elles sont "pleines", "exceptionnelles", "fondamentales". Il ouvre les bras, et ses mains (immenses), il les lance et les projette très haut, comme pour se grandir encore, comme pour appeler l'espace.